vendredi 21 août 2020

Compte-rendu du café littéraire # 45



Nous étions une dizaine de fidèles pour ce café littéraire, dont nous ignorions qu’il serait le dernier avant une long confinement. 

Catherine a emprunté à la bibliothèque Mille femmes blanches de Jim Fergus. En 1874, à Washington, le président américain Grant accepte dans le plus grand secret la proposition incroyable du chef indien Little Wolf : troquer mille femmes blanches contre chevaux et bisons pour favoriser l’intégration du peuple indien. Si quelques femmes se portent volontaires, la plupart des “Mille femmes” viennent en réalité des pénitenciers et des asiles de tous les États-Unis d’Amérique… C’est une trilogie et Catherine commence seulement le deuxième tome. Ces femmes vont très bien s’intégrer car elle découvre une autre vie avec d’autres valeurs. Elles se sentent mieux considérées dans ce contexte, dont le but est de faire des enfants avec les Indiens. Ça se lit bien, l’écriture est agréable, ça contrebalance tous les westerns que l’on a pu voir dans notre jeunesse. 

Edith nous présente un coup de cœur de Sébastien Les optimistes d’une auteure américaine Rébecca Makkai, roman qui relate l’histoire de jeunes principalement gays pris dans la tourmente du sida dans les années 80. C’est une livre très pudique, à la fois tragique, mais plein d’espoir. Edith a été très touchée par ce roman, elle a juste été gênée par quelques erreurs de traduction. Un très beau livre… Ensuite elle a eu besoin de lire un livre plus léger, un roman policier, La disparition d’Adèle Bedeau, de Greame Macrae Burnet. L’auteur s’attarde beaucoup sur la personnalité et la psychologie des deux personnages, un banquier et un inspecteur de police, et le suspense est maintenu jusqu’à la fin. 

Joël, pour la première fois parmi nous, évoque un coup de cœur qui dure depuis des années, qu’il a déjà partagé avec beaucoup de monde, il s’agit d’un livre néerlandais de Birgit Vanderbeke, Le dîner de moules, basé sur un huit-clos familial, où le retour du père est attendu, mais les heures passent, les langues se délient, et on finit par penser qu’il vaut mieux qu’il ne rentre pas. Il remet en question l'idée que l'on peut se faire, bien souvent, d'une "vraie famille" idéale. Pour ses lectures, Joël se fie aux conseils des libraires du « Quai des brumes » à Strasbourg. C’est ainsi qu’il a lu Ethan Frome d’Edith Warton, un livre dont le héros éponyme est un jeune homme pauvre qui aime les livres et rêve de voyages. Il a hérité d'une ferme et d'une scierie qui ne rapportent rien, épousé une vieille cousine hypocondriaque. Et, sans comprendre ce qui lui arrive, il tombe amoureux pour la première fois. En trois jours, sa vie va basculer. Un livre qu’on ne peut plus lâcher… Dernier coup de cœur de Joël, Opus 77, d’Alexis Ragougneau, dans ce livre on pénètre l'intimité d'une famille de musiciens dominée par le père, Claessens, chef d’orchestre et tyran domestique. Un livre dense et musical… Dans ces deux derniers livres, il a beaucoup aimé la fin. 

Martine a lu J’ai toujours cette musique dans la tête d’Agnès Martin-Lugand, et comme dans tous ses livres la fin est toujours un peu prévisible. Yanis et Véra ont la trentaine éblouissante et tout pour être heureux. Ils s'aiment comme au premier jour et sont les parents de trois magnifiques enfants. Mais la vie qui semblait devenir un rêve éveillé va soudain prendre une tournure plus sombre. Ça se lit facilement… Martine s’est régalée en lisant L’obsession Vinci de Sophie Chauveau. un roman qui révèle les facettes inédites de la personnalité du génie florentin et s'attache notamment à la source de ses obsessions artistiques, philosophiques et scientifiques. C’est drôle, bien écrit, prenant, pourtant Martine n‘est pas fan de biographie, ni de romans historiques, mais celui-ci l’a passionnée. 

Christine a apporté une série de romans de science-fiction rédigés par Victor Dixen, qui s’intitule Phobos. Malgré l’épaisseur des livres et leur nombre, elle dit les avoir lus assez vite, car c’est très prenant. Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils sont les prétendants du programme « Génésis », l’émission de speed-dating la plus folle de l’histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars. Christine préfère le terme anticipation à science-fiction, car elle pense que ça pourrait se passer ainsi dans vingt ou trente ans. Ça fait un peu peur, car finalement il n’y a rien d’extraordinaire par rapport à ce qu’on vit actuellement. 

Cédric, dans le cadre du « Printemps des Poètes », commence par nous lire une très belle poésie de son cru. Puis il nous parle du livre Aux armes de Boris Marme. Une banlieue aisée, sans histoires, dans un coin d'Amérique. Wayne Chambers, la trentaine, est l'adjoint du shérif en charge de la sécurité du lycée de la ville. Alors qu’il est en train de régler des affaires sans grande importance, une tuerie éclate dans le lycée et lorsqu’il arrive, il est désemparé. C’est lui qui va devenir le monstre à la place du tueur. Le roman jette une lumière crue sur le fonctionnement d'une société victime, consommatrice et créatrice de sa violence. 

Denis nous présente une bande dessinée L’Art du chevalement de Loo Hui Phang et Philippe Dupuy, en coédition avec le Musée du Louvre-Lens. Les auteurs en sont convaincus : la construction du Louvre à Lens, sur l’ancien carreau de fosse 9 et 9 bis, en plein cœur du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, territoire plusieurs fois meurtri, tant par la guerre que par l’exploitation intensive du charbon, était une évidence. L’Art du chevalement est une belle réflexion sur le rôle de l’art à travers le temps. Et ce dialogue, entre les chefs d’œuvre du musée et un jeune mineur, raconte l’histoire des hommes, de leurs guerres, de leurs souffrances, de leur grandeur. C’est finalement un livre assez optimiste. 

Pour ma part, (Bernadette), je présente un livre acheté lors du festival des « Livres dans la Boucle », dont la couverture m’a tout de suite attirée. Il s’agit du premier roman écrit par une professeur de français, Alexandra Koszelyk. A crier dans les ruines raconte le retour d’une femme sur sa terre natale, vingt ans après son exil. Avec sa famille, Léna a quitté l’Ukraine en 1986 lors de la catastrophe de Tchernobyl. C’est un roman sur l’exil, la perte des repères, mais aussi la résilience : comment se reconstruit-on quand on a tout perdu ? Un livre puissant et poétique que j’ai pris un grand plaisir à lire. Autre auteur que j’aime beaucoup, Grégoire Delacourt, dont le dernier livre Mon père est sans doute le plus dramatique qu’il ait écrit. Trois jours de huis clos, dans une église saccagée par la rage d’un homme. Trois jours à interroger la justice, l’humanité, la religion. Trois jours de tête à tête entre deux pères, à libérer vérité et lâcheté, une histoire hélas très actuelle de pédophilie au sein de l’Eglise. Un livre qui nous frappe de plein fouet ! 

Christiane n’a pas eu trop le temps de lire, mais néanmoins elle a lu Sérotonine de Michel Houellebecq, qui a déjà été présenté ici. Titillée par sa fille qui pensait qu’elle n’aimerait pas ce livre, elle a quand-même voulu s’y plonger. Christiane n’a pas trop accroché durant le premier tiers puis elle s’est passionnée pour ce livre jusqu’à la fin. Bien sûr ça parle beaucoup de sexe, mais des sujets d’actualité y sont évoqués et c’est très bien écrit. Pour s’occuper dans le TGV, elle a emprunté des livres pour ados dans la bibliothèque de sa fille, et souhaite nous parler d’une collection « Des graines et des guides » aux Editions « A dos d’âne ». Une collection pour découvrir les femmes et les hommes qui ont changé le monde, porteurs d'utopie, de valeurs et d'idéaux : écrivains, activistes, peintres, intellectuels, écologistes, musiciens…  Christiane a choisi Isadora Duncan, une danseuse qui la touche, et Karen Blixen, une européenne en Afrique. 

Isabelle a emprunté à la bibliothèque un livre paru récemment Les méduses de Frédérique Clémençon. Elle a beaucoup aimé cette histoire de plusieurs personnages qui, à un moment donné, vont se retrouver liés par un lieu, en l’occurrence un hôpital de province, l’un des endroits, dans la France d’aujourd’hui, où les fragilités se rencontrent, au-delà de l’âge, de la condition sociale. Isabelle n’a pas compris le choix du titre, mais sinon c’est très bien écrit, et on n’a pas envie que le livre se termine. Elle souhaite ajouter quelques mots sur le livre de notre amie Céline Durupthy, L’air qu’elles boivent, qui relate le parcours de trois femmes fortes, féministes, lesbiennes, qui ont fait évoluer les mentalités. Le livre retrace l’histoire du féminisme depuis la guerre, les combats nécessaires pour avoir le droit d’exister en tant que femme tout simplement. Un livre qu’Isabelle nous recommande. 

Quelques jours après la Journée de la Femme, Chantal va clore la soirée avec un livre d’Edna O’Brien qui s’intitule Girl. Cette auteur de 88 ans a toujours défendu la place de la femme dans la société, ce qui lui a valu le Prix spécial du jury Fémina 2019, pour l’ensemble de son œuvre. Pour écrire ce livre, elle s’est déplacée au Nigéria pour enquêter sur l’enlèvement des lycéennes par Boko Haram. Elle se met dans la peau de l’héroïne qui va réussir à s’échapper grâce au bourreau qui lui a fait un enfant et à qui on l’a mariée de force. Un livre très dur avec des scènes de viol, de lapidation, mais qui hélas est le reflet de la réalité.

Nous vous donnons rendez-vous le mardi 22 septembre pour le 46ème café littéraire

jeudi 6 août 2020

Compte-rendu du Café littéraire #44


Pour ce premier café littéraire de l’année 2020, nous avons le plaisir d’accueillir une nouvelle venue, Martine. Bienvenue à elle...

Edith a souhaité nous parler du dernier roman d’Eric Fottorino, Dix-sept ans, qu’il avait présenté à La grande Librairie, émission consacrée ce soir-là au thème de la mère. C’est un livre plein d’amour, l’amour d’un fils pour sa mère, chez qui il sentait un mystère. Elle était là mais elle était lointaine, c’était assez ambigu. Un jour, elle réunit ces trois fils et leur révèle un traumatisme qu’elle a subi lorsqu’elle avait dix-sept ans, et qu’elle a traîné toute sa vie. Tout au long du roman il cherche à comprendre ce qui s’est passé. Et c’est une recherche de sa propre identité. Un beau livre, bien écrit, facile à lire… 

Catherine a lu Désolée, je suis attendue, d’Agnès Martin-Lugand. Elle écrit bien, c’est facile à lire, mais quand on commence un de ses livres on connaît déjà la fin, ce qui au final n’est pas gênant. C’est l’histoire de Yaël, jeune femme libre et indépendante, ancienne baba-cool, qui ne vit plus que pour son travail, au grand dam de sa famille et de ses amis, jusqu’au jour où un homme réapparaît dans sa vie et chamboule tout ... En conclusion, un livre agréable à lire quand on n’a pas envie de se prendre la tête.

Isabelle a deux livres à nous présenter, tout d’abord L’échappée de Valentine Goby. Suite à ma présentation du roman Le paquebot dans les arbres du même auteur, qu’elle a trouvé extraordinaire, Isabelle a voulu lire d’autres romans de cette écrivaine, qui a une façon de raconter très particulière. L’échappée relate l’histoire d’une jeune Bretonne qui se lie d’amour avec un pianiste durant la Seconde guerre mondiale. Seulement, cet homme est allemand. Et elle subira longtemps les conséquences de cette « faute » : tonte, humiliations, et harcèlements sur sa fille Anne, née de la relation. Le livre n’a pas vraiment de fin, le lecteur a le choix entre trois possibilités. Et finalement peu importe la fin… L’autre est plus léger, c’est La femme au carnet rouge d’Antoine Laurain. Un matin à Paris, alors qu’il ouvre sa librairie, Laurent Letellier découvre dans la rue un sac à main abandonné. A partir d’un carnet rouge rempli de notes, Laurent s’improvise détective, afin de retrouver la propriétaire du sac. On est tenu en haleine jusqu’à la fin… 

J’ai également apporté deux livres, dont le dernier d’Olivier Adam, l’un de mes auteurs préférés, qui n’est peut-être pas le meilleur, ayant essuyé pas mal de critiques, mais que j’ai néanmoins pris plaisir à lire. Une partie de badminton raconte l'histoire d'un écrivain en plein tourment car en proie à l'insuccès, qui quitte Paris pour la Bretagne, et que les soucis commencent à rattraper, que ce soit dans sa vie conjugale, familiale ou professionnelle. L'auteur aborde quelques problèmes d’actualité, les migrants, l’homosexualité, les féminicides, les compromissions en politique etc... Je poursuis par le deuxième roman d’Olivier Bourdeaut, Pactum Salis. Il y a quelques années Céline nous avait présenté son premier roman En attendant Bojangles, que j’ai lu par la suite et beaucoup apprécié. Le deuxième ne m’a pas déçu, une histoire d'amitié entre deux personnages qui ont réussi, chacun selon ses propres critères. Le premier rêvait de solitude, il travaille dans les marais salants, l'autre voulait être riche, il est agent immobilier, deux métiers que l’auteur connaît pour les avoir pratiqués. L’action se passe à Guérande me rappelant mes dernières vacances… 

Denis est en train de lire la correspondance entre Albert Camus et René Char qui vient d’être rééditée chez Gallimard. Il ne nous en dira pas plus, sauf qu’il fait des allers-retours entre les poèmes de René Char et les romans d’Albert Camus, en fonction des allusions contenues dans les lettres. Un livre qui lui prendra du temps… 

Cédric a attendu un an, le temps que le battement médiatique cesse, pour lire Sérotonine de Michel Houellebecq. Il y a quelques mois, Chantal nous avait déconseillé de le lire, si on ne voulait pas se jeter par la fenêtre après. Le personnage principal, ingénieur agronome est déprimé, une petite pilule lui redonne la pêche, mais lui enlève toute libido. Il se promène dans son passé pour retrouver les femmes de sa vie. Cédric a bien aimé ce roman car l’auteur nous fait le portrait d’une France en colère, d’ailleurs son livre est sorti pendant l’épisode des « Gilets jaunes ». Il est vraiment dans son époque, ça se lit facilement et c’est vraiment une bonne analyse des problèmes contemporains. Mis à ne pas lire si l’on est dépressif ! 

Christiane a emprunté à la bibliothèque Merci pour le cadeau de Christine Devars. Offrir un cadeau dans le cadre d’une fête familiale est rarement un acte neutre. Nos offrandes reflètent nos sentiments envers nos proches. Un cadeau pour le dire… dire notre amour, certes, mais aussi pour exprimer nos rancunes les plus secrètes. Cadeaux tendres, féroces, humiliants, revanchards — selon les blessures. Cadeaux justiciers pour belles-mères venimeuses ou amants non aimants. L’auteur brosse ici une fresque de ces cadeaux empoisonnés, inspirée par son expérience, en effet elle a travaillé pendant quelques années au rayon paquets cadeaux d’un grand magasin, pour financer ses études. Christiane nous en lit quelques extraits. Un livre d’un humour mordant, mais plein de tendresse… 

Pour terminer, Martine nous présente Marcher jusqu’au soir de Lydie Salvayre. Elle avait entendu l’auteur présenter ce roman à la radio et le concept lui avait paru intéressant, puisqu’il s’agit de faire passer une nuit à un écrivain dans un musée. L'humeur railleuse et le verbe corrosif, Lydie Salvayre se saisit du prétexte d'une nuit passée au musée Picasso pour questionner le milieu artistique et ses institutions. Dans la première partie du livre, elle raconte les angoisses qui lui sont venues en observant la statue de Giacometti, L’homme qui marche. Dans la deuxième partie du livre, elle reparle de Giacometti qui l’a beaucoup impressionnée, elle essaie de comprendre pourquoi ce malaise face à cette œuvre, et revient sur son enfance. Comme elle a une grande culture artistique, c’est un livre très vivant dans lequel on ne s’ennuie pas une seconde. Autre lecture de Martine, Personne n’a peur des gens qui sourient de Véronique Ovaldé. Elle a choisi ce livre car le titre lui plaisait. L’histoire d’une femme qui fuit avec ses deux enfants. Mais que fuit-elle ? Un passé douloureux sans doute. Les livres de cette écrivaine sont toujours très originaux, que ce soit dans le style ou dans l’histoire. Martine ne s’attendait pas du tout au dénouement, qui l’a laissée un peu mal à l’aise. 

La soirée s’est terminée autour de la galette des rois et d’un verre de cidre. 


lundi 28 octobre 2019

Compte-rendu du café littéraire #41

Nous étions une dizaine de lecteurs pour ce café littéraire de rentrée.

Catherine s’est lancée la première pour nous parler de ses lectures estivales. Elle a lu des livres qui avait été présentés ici, par exemple Marie d’en haut, d’Agnès Ledig, un livre qu’elle a beaucoup aimé, Les gratitudes de Delphine de Vigan, un ouvrage qu’on ne lâche plus jusqu’à la fin, et Le lambeau de Philippe Lançon, un livre beaucoup trop dur, que Catherine n’a pas pu terminer. Mais ce soir elle souhaite nous parler du livre de Guy Boley, Fils du feu, un auteur franc-comtois qui a exercé de multiples métiers. C’est autobiographique et l’écriture est très belle, d’ailleurs Jean-Daniel fait remarquer que ça sonne comme des alexandrins.

Edith que nous étions contents de revoir a découvert un auteur qu’elle a beaucoup apprécié et quand Edith aime, elle ne compte pas. Il s’agit de Tanguy Viel, dont elle a lu le dernier roman, et comme elle a adoré, elle en a acheté deux autres. Ce sont de petits romans qui se lisent assez facilement, il y a donc Paris-Brest, très bien, avec une écriture singulière, très rythmée, il écrit comme il pense. Il se penche sur le mal qui est en nous, dès la première page on connaît le dénouement, tous ses livres sont construits ainsi, ce qui maintient le suspense jusqu’au bout. Edithnous lit un passage de son dernier livre Article 353 du code pénal, la rencontre entre le narrateur et le personnage qui est mort, ce qu’on apprend dès le début.

Jean-Daniel a lu surtout des essais politiques, dont il ne nous parlera pas ce soir. Il préfère nous présenter un livre d’Isabelle Autissier et Erik Orsenna, Salut au Grand Sud. Le 8 janvier 2006, sur le voilier "Ada", ils ont d'Ushuaia levé l'ancre. Cap au 180. Deux mois plus tard, ils sont revenus et ils racontent… Ce n’est pas un roman, mais le récit de leur voyage, où l’on apprend par exemple qu’il n’y a qu’une dizaine de beaux jours par an. C’est très différent du Grand Nord, qu’ils avaient déjà découvert ensemble, et relaté dans le livre Passer par le Nord.

C’est à mon tour de parler de mes lectures estivales, j’ai lu un livre de Gilbert Sinoué sur le peintre Van Eyck, enfin plutôt sur son fils adoptif, L’enfant de Bruges, qui va devoir percer le mystère d’un complot qui vise un certain nombre d’artistes en les assassinant. J’ai bien aimé me retrouver dans l’ambiance de l’époque. J’ai lu également Les forêts de Ravel, de Michel Bernard, un livre qui nous entraîne aux côtés du musicien lors de la première guerre mondiale. Bien intéressant aussi, mais ces deux livres étant un peu anciens, je préfère coller à l’actualité en présentant Kiosque, de Jean Rouaud. Un roman dans lequel il revient sur son expérience, de 1983 à 1990, où il vendit les journaux rue de Flandre à Paris. Une activité à laquelle il mit un terme lorsque, en 1990, il publia son premier roman "Les Champs d’honneur" qui reçut le prix Goncourt. Il y est question du Paris encore populaire de la fin des années 1990, avec un échantillon de personnages pittoresques. Même si certains passages sont un peu longs, j’ai pris plaisir à découvrir un métier que je ne connaissais pas.

Annie, en visite chez sa sœur Christiane, lit beaucoup, elle a lu tous les livres de Sorj Chalandon, mais est un peu déçue par le dernier, qui s’intitule Une joie féroce
L'écrivain journaliste se met dans la peau d'une femme pour raconter l'histoire d'un groupe de femmes en guerre contre le cancer, et en lutte pour la liberté. C’est toujours très bien écrit, avec un vocabulaire très riche, et un peu d’humour. Par rapport aux autres livres, très forts, celui-là est peut-être un ton au-dessous. Autre auteur apprécié par Annie, Jean-Paul Dubois, et son dernier livre Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon, qui raconte comment un homme vertueux se retrouve en prison. Un roman décalé bourré d’humour acide et de tendresse.

Chantal annonce alors qu’elle va plomber l’atmosphère avec ses lectures, à commencer par le dernier livre de Houellebecq, Sérotonine, qu’elle ne nous recommande pas, ça se lit bien, mais on a envie de se jeter par la fenêtre après. Ce roman sur les ravages d'un monde sans bonté, sans solidarité, aux mutations devenues incontrôlables, est aussi un roman sur le remords et le regret. Chantal qui a pris des spectacles à Ma scène nationale, a été interpellée par la pièce Doreen, qui lui rappelle étrangement un livre lu naguère, Lettre à D d’André Gorz. Le 22 septembre 2007, l’auteur se suicide à l’âge de 84 ans avec sa femme Dorine, atteinte d’une maladie incurable. Quelques mois plus tôt, il avait mis de côté son costume de philosophe et de journaliste pour écrire cette lettre à sa femme. Ce livre avait beaucoup ému Chantal. Elle nous en lit un extrait… Magnifique… Et cela lui a également rappelé La dernière leçonde Noëlle Chatelet, la sœur de Lionel Jospin. L'auteure aborde le sujet de la fin de vie et témoigne de sa relation avec sa mère. Une femme âgée, qui décide de mettre un terme à ses jours et demande à ses enfants de la soutenir dans ce geste, de lui en donner le courage.  Leurs échanges sont empreints de tendresse, de souvenirs, parfois aussi de tristesse et d'incompréhension. Un très beau témoignage.

Denis nous présente Les papillons de comptoir, après le succès des Brèves de comptoir, Jean-Marie Gourio a repris son tour de France des bistrots, rouvrant quelques dizaines de bars dans sa mémoire et nous présentant ces clients qui l'ont marqué et qu'il a aimés. C’est beau, il y a de de l’humour, de la poésie, Denis a apprécié. Ensuite il nous parle de Louis Chevalier, qui sélectionne toujours un poème dans la revue Le 1, hebdomadaire d’Eric Fottorino, etc’est ce que Denis lit en premier. Ici il s’agit d’un recueil de cet auteur qui s’intitule La voix du poète : une anthologie pour comprendre l’actualité, une sélection de textes offrant une illustration poétique de thèmes de l'actualité comme la démocratie, le féminisme, les inégalités, l'écologie, etc. Denis choisit de nous lire un texte de Victor Hugo, un poème posthume édité en 1935, mais toujours d’actualité.

Christiane n’a pas eu beaucoup de temps pour lire durant ses vacances. Elle a commencé un pavé qu’elle n’a pas encore terminé, La dentellière d’Alençon, de Janine Montupet, une véritable bible de l’histoire de la dentelle. Ça se passe au temps de Louis XIV, c’est à la fois l'histoire d'une femme d'exception, un tableau exact de la vie à Alençon au XVIIe siècle et une célébration de l'art de la dentelle. Dans un tout autre style, La classe de neige, d’Emmanuel Carrère, prix Fémina 1995, un livre terrible, on entre vraiment dans la peau du héros, Nicolas. Et, tout au long du livre, on se demande ce qu'a subi cet enfant pour être si inquiet. Et on imagine tout... sauf la vérité ! La véritable surprise du roman, c'est le dénouement, et c’est terrible. Christiane termine en nous lisant quelques extraits d’un livre de poésies écrites au Vème siècle par le Chinois Xie Lingyun, traduites par un de ses compatriotes avec des passages de Claude Roy.

Et nous terminons avec Noëlle, qui a profité de l’été et de sa rééducation pour lire et relire de nombreux romans, mais ce soir elle nous présente La cerise sur le gâteau d’Aurélie Valognes. Le livre parle de la retraite, on l’attend toute sa vie, on en rêve, et quand elle est enfin là, c’est le pied ! Ce n’est pas Brigitte, retraitée depuis un an, qui dira le contraire. Pour elle, ce n’est que du bonheur. Jusqu’au drame : la retraite de son mari ! Car pour Bernard, bourreau de travail poussé vers la sortie à 61 ans, c’est une autre paire de manche. Ajoutez à cela des voisins insupportables et une famille très envahissante : la retraite ne serait donc pas un long fleuve tranquille ? Noëlle a beaucoup aimé, c’est la vie de tous les jours. Elle aime aussi les romans d’anticipation et souhaite nous parler du livre de Stephenie Meyer (auteur de Twilight), Les âmes vagabondes. Un livre qu’elle a trouvé magnifique, l’histoire d’âmes vagabondes qui viennent habiter les vivants, parfois contre leur gré…


Rendez-vous pour les deux prochains cafés littéraires le mercredi 6 novembre et le mardi 10 décembre.

lundi 9 septembre 2019

Compte-rendu du café littéraire #40

C’est sous les frondaisons, derrière La Louisiane, que se déroule ce dernier café littéraire de la saison.

Christine nous présente Gare à Lou, le dernier roman de Jean Teulé. C’est un roman différent de ce qu’il a l’habitude d’écrire, puisque c’est un peu fantastique. C’est l’histoire d’une petite fille qui se rend compte que tous ses vœux se réalisent, elle va donc utiliser ce don à des fins plus ou moins tordues et elle va intéresser les services secrets qui vont la kidnapper. Elle se lasse vite de ce don et va trouver un stratagème pour retrouver sa vie d’avant. Christine a hésité à apporter ce livre, car si elle avait beaucoup apprécié les précédents romans de l’auteur, elle a lu très vite celui-ci mais l’a moins aimé. Elle a été un peu déçue…

Denis a apporté un magazine trimestriel qui s’intitule Zadig. C’est un magazine sur la France, celle des villes et celle des campagnes, lancé en mars dernier et qui rencontre un franc succès auprès des lecteurs. C’est un dérivé du magazine America, déjà présenté ici par Denis, puisque lancé par une même équipe, celle d'Eric Fottorino, ancien directeur du Monde. On y trouve par exemple des textes d’écrivains comme ceux de Christian Bobin et Maylis de Kerangal, qui ont tous deux accepté de nous raconter leur ville d’origine, Le Creusot et Le Havre, conversation avec Mona Ozouf qui est historienne et fait le point sur les révolutions passées.On y trouve aussi une nouvelle inédite de par Marie Darrieussecq Rapport sur les migrants.C’est un magazine avec de très belles illustrations, à l’esthétisme proche du livre, imprimé sur un papier de première qualité.

Catherine va nous parler de Sylvain Tesson, évoqué par Jean-Daniel lors du dernier café littéraire. Il s’agit du livre  Sur les chemins noirs, qu’il a écrit après sa chute d’un toit, alors qu’il avait de multiples fractures. On voulait l’envoyer en rééducation, il a refusé et a décidé de le faire en marchant. Il est parti seul du Mercantour et a traversé la France jusqu’au nord du Cotentin. Il ne prend pas les chemins balisés, mais des chemins qui ont été abandonnés. Il dort à la belle étoile, mais ce périple assez long se résume en 170 pages. Il rencontre des gens, mais ils leur dit bonjour, ou juste une phrase, donc peu de contact. Ce livre ne raconte pas grand-chose, c’est vide. Tout comme Jean-Daniel, Catherine a eu du mal à rentrer dans l’histoire, ça ne l’a pas emballée…

Isabelle qui est partie sur les chemins de Compostelle n’a pas eu le temps de lire beaucoup, mais elle a fait de belles rencontres, que ce soit des marcheurs ou des hôtes. Avant de partir, elle avait lu Nos enfants après eux de Nicolas Mathieu, livre qui avait été présenté par Céline au mois de mars. C’est le prix Goncourt 2018, elle est rentrée très facilement dans l’histoire et elle pense que finalement, les choses n’ont pas tant évolué que ça. C’est une belle analyse car on retrouve les mêmes phénomènes actuellement, l’errance dans les banlieues par exemple, même si à l’époque les banlieues n’existaient pas. Il suit des personnages auxquels on s’attache, bref une lecture très appréciée par Isabelle. Lors de sa randonnée, Isabelle a rencontré la maman de Camille de Peretti, qui est passée dans La grande Librairie, mais personne autour de la table n’a lu cette auteure.

Cédric nous présente un auteur bisontin Jacky Schwartzmann qui a écrit Demain c’est loin, un polar estival qui se lit facilement, le héros issu de la banlieue s’embarque dans des situations compliquées, et y embarque même sa banquière, c’est léger, ça détend. Sinon Cédric nous parle d’un livre déjà évoqué ici, car ouvrage marquant, il s’agit du livre d’Eric Lançon Le lambeau, prix Fémina 2018Il nous en lit deux passages très émouvants sur le moment de l’attentat et sur son séjour à l’hôpital. Ce livre est surtout celui de la reconstruction, car tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir.

Enfin je termine la séance avec un livre que tout le monde me reprochait de ne pas avoir lu. Voilà c’est fait, j’ai lu Au-revoir là-hautde Pierre Lemaître. En lisant le premier chapitre, moi qui n’aime pas particulièrement les livres sur la guerre, j’ai pensé vite l’abandonner. Et plus on avance dans le livre, plus on est pris dans l’histoire. Certains ont vu le film, très esthétique en raison des masques, par contre Cédric a trouvé le tome 2 moins bien que le premier. Autre lecture le dernier livre de Grégoire Delacourt, La femme qui ne vieillissait pas. C’est le troisième que je lis, j’aime bien son style, à la fois émouvant, mais humoristique. C’est l’histoire d’une femme qui vieillit à l’intérieur et dont le visage ne change pas. On pourrait l’envier et pourtant, ça lui pose bien des problèmes… A méditer… L’auteur a écrit ce livre par rapport à sa mère qui est morte relativement jeune et qu’il n’a pas vu vieillir.

Nous vous donnons rendez-vous le mardi 24 septembre pour le 41ème café littéraire

mercredi 19 juin 2019

Compte-rendu du café littéraire #39

L’Assemblée Générale étant terminée, nous entamons notre 39ème café littéraire.
Yvonne, une fois n’est pas coutume, nous présente un livre qu’elle n’a pas aimé. Elle l’a quand-même lu jusqu’au bout, car c’était le seul livre qu’elle avait emporté en Hollande, lors de son séjour. Le titre pourtant était intéressant, Comment apprendre à s’aimer d’un auteur japonais Yukiko Motoya. Le livre est une série de plans fixes qui, telles les images d'un film, s'enchaînent entre eux pour dessiner le portrait de Linde. Nous la suivons au fil des âges et des différentes étapes de sa vie. C'est une jeune femme ordinaire, maladroite, empreinte de défauts qui la rendent aussi attachante qu'insupportable... comme nous le sommes tous. Attendant toujours de la vie et des autres ce que personne ne peut lui donner, elle prend conscience à 63 ans que, pour quelqu'un qui a raté sa vie, elle ne s'en sort pas trop mal. La lecture étant subjective, Yvonne propose que d’autres personnes le lisent et donnent leur avis. Par contre, elle a trouvé à la librairie Sens dessus dessous, 75 sketches de Raymond Devos. Lorsqu’Yvonne était jeune, elle avait vu son spectacle à Paris, mais ne maîtrisant encore pas bien le français, elle n’avait pas pu apprécier ses jeux de mots et se demandait ce qui pouvait faire rire autant les gens. Maintenant elle comprend pourquoi !
Catherine a lu un ouvrage de 1997, Naufrage au Mont-Blanc : l’affaire Vincendon et Henry, un livre d’Yves Ballu.C’estl’histoire de deux jeunes alpinistes partis à l’assaut du Mont-Blanc en plein cœur de l’hiver 1956 ! Leurs objectifs : « faire parler d’eux », oui, « impressionner les copains » et « s’asseoir en haut du plus sommet d’Europe pour y fêter Noël ! »… L’aventure était un peu folle mais ils s’étaient préparés pendant de longs mois. Et bien sûr, ils connaissaient les risques de l’alpinisme en montagne. Mais pouvaient-ils imaginer ce qui les attendaient vraiment une fois là-haut ? Pendant plus d’une semaine, à portée de toutes les jumelles des observateurs basés à Chamonix, les esprits vont s’échauffer face à l’impuissance et la malchance omniprésentes dans une opération de secours menée avec parfois du courage mais surtout beaucoup d’improvisations et de maladresses. C’est un livre très prenant, qui remue les émotions, et bien qu’elle l’ait terminé depuis une semaine, Catherine ne parvient pas à s’en détacher.
Cédric a beaucoup apprécié le livre d’Alain Veinstein Papier peint. L’auteur n’est pas seulement un poète qui a marqué les années soixante-dix, ni l’homme de radio qui animait l’émission « Du jour au lendemain » sur France Inter, c’est aussi un passionné, depuis sa jeunesse, de peinture, qui se destinait à ça, créer des images. En 2014, venant de quitter définitivement la radio, il a osé franchir la porte d’une boutique de matériel pour artistes, sans savoir ce qu’il allait en faire, et puis une peinture en appelant une autre… Ce livre rassemble donc ses œuvres,  assez enfantines, mais Cédric trouve ça joli.
Christine n’a pas apporté de livre, car elle a lu des choses plutôt ésotériques et a pensé que ça ne nous intéresserait pas. Peut-être la prochaine fois …
Denis, quant à lui, signale que pour les 60 ans du Petit Nicolas, un gros livre va paraître, mais il va être assez onéreux. Donc en apéritif, il a acheté le supplément de Paris Match consacré au Petit Nicolas. Il s’agit d’un abécédaire qui reprend des citations parues dans les livres. Denis a connu le personnage à travers un livre qu’il a reçu comme prix de sa prof de maths, et ça fonctionne toujours avec les enfants de maintenant. On y trouve les insultes, les punitions, on y apprend que ses aventures ont été traduites dans plus de quarante langues étrangères, et même dans des langues régionales. Etonnant...
Christiane nous parle brièvement du roman Audrey et Anne, elle a eu du mal à arriver au bout. Elle a été choquée par le parallèle entre ces deux personnes et par le fait que le père d’Anne Franck demande à Audrey Hepburn de jouer le rôle de sa fille. Yvonne, la traductrice du livre, souligne qu’il lui a fallu justement beaucoup d’abnégation, pour lui demander ça. Peut-être n’était-il pas au courant du passé des parents d’Audrey… Christiane préfère passer à un roman d’Agnès Martin-Lugand La vie est facile, ne t’inquiète pas. C’est facile à lire, agréable. Rentrée d’Irlande, Diane est bien décidée à reconstruire sa vie à Paris. Avec l’aide de son ami Félix, elle s’est lancée à corps perdu dans la reprise en main de son café littéraire. C’est là, aux « Gens heureux lisent et boivent du café », son havre de paix, qu’elle rencontre Olivier. Il est gentil, attentionné, et, surtout, il comprend son refus d’être mère à nouveau. Car elle ne peut se remettre de la perte de sa fille…
Jean-Daniel a lu trois BD, intitulées La Bérézina, retraçant l’épopée de Napoléon en Russie. Il avait lu auparavant le livre de Sylvain Tesson Bérézina. Les BD sont très réalistes et montrent la folie de Napoléon. Quelqu’un qui connaît bien ses goûts lui a offert Notre-Dame de Parisde Sylvain Tesson, qui a toujours été un aventurier et particulièrement des cathédrales. Avec ses copains, ils ont escaladé plus de cinquante cathédrales en Europe, jusqu’en haut de la flèche et de nuit pour ne pas être repérés. Un jour , au cours de ses aventures, il a fait une chute grave, et pour faire sa rééducation, il est monté tous les jours dans les tours de Notre-Dame pendant un an. Il y a une bonne part de mystique dans ce livre, mais Jean-Daniel s’est vraiment régalé.
Noëlle, comme d’habitude, a lu un livre léger, Tu as promis que tu vivrais pour moi de Carène Ponte, enfin pas si léger que ça, puisque ça commence assez mal. Quand on a trente ans, on n’est jamais préparé à perdre sa meilleure amie. C’est pourtant le drame que Molly doit affronter quand Marie est emportée par la maladie. Juste avant de mourir, celle-ci demande à Molly de lui faire une promesse : vivre sa vie pleinement, pour elles deux. Elle y tient, alors Molly accepte. Mais par où commencer ? Lâcher son travail de serveuse ? Rompre avec Germain ? Certes, il est comptable et porte des chaussons, mais il est gentil. Lorsque Molly reçoit quelques jours après l’enterrement un mystérieux paquet contenant douze lettres de Marie, elle comprend que son engagement va l’entraîner bien plus loin que ce qu’elle imaginait…
Céline nous présente un livre de l’auteur danoise qui est venue dans le cadre de la « Semaine des Littératures étrangères ». Il s’agit de Pia Petersen et le livre s’intitule Paradigma. A Los Angeles, les déshérités et les marginaux s'apprêtent à défiler dans la rue. Des rumeurs insurrectionnelles circulent. Un vent de contestation souffle. Luna est à l'initiative de ce mouvement de révolte des exclus. Un thriller politique et apocalyptique qui révèle les tensions déchirant les sociétés contemporaines. Ce sont un peu les Gilets jaunes de là-bas, et il y a aussi une belle histoire d’amour. C’est un constat sur notre époque et c’est encore pire aux Etats-unis. Céline l’a lu pendant son voyage aux USA et elle a vu dans le Sud en particulier une grande misère.
Quant à moi, j’ai également apporté Audrey et Anne, livre évoqué par Christiane. Ce n’est pas un livre que j’aurais acheté spontanément, mais le fait de rencontrer l’auteur et de connaître l’une des traductrices m’a incité à le faire. Au débutAudrey et Anne, je ne comprenais pas le titre et ne voyais pas ce qui pouvait lier leur destin. J’avais lu le Journal d’Anne Franck quand j’étais ado, mais c’est vu sous un autre angle et c’est intéressant, quand à Audrey Hepburn, je ne connaissais pas vraiment cette actrice. J’ai découvert deux destins parallèles, et c’est très bien traduit. Yvonne nous explique que sa collègue a traduit la première moitié du livre et elle la seconde, et ça ne se sent absolument pas, il y a vraiment une continuité. Bravo à elles ! J’ai également lu le dernier Foenkinos, Deux sœurs, je l’ai un peu moins aimé que les précédents. Mathilde, la trentaine, prof de lettres, vient d’être quittée par son compagnon, alors qu’il lui promettait de l’épouser. Pour elle, c’est un cauchemar. D’autant qu’elle est mise à pied pour avoir giflé un élève. Elle est finalement recueillie par sa sœur, Agathe, dans le petit appartement qu'elle occupe avec son mari Frédéric et leur fille Lili. Le roman est le récit de cette cohabitation risquée et de la terrifiante métamorphose de Mathilde... C’est assez angoissant comme roman !


lundi 29 avril 2019

Compte-rendu du café littéraire #38

Petit café littéraire puisque nous n’étions que huit. En discutant du prochain café littéraire prévu le 14 mai, on se rend compte qu’il y aura pas mal de gens absents, Denis décide donc de le remettre au 21 mai et de le faire précéder  par l’Assemblée Générale. Mais depuis, Jean-Daniel nous a informé de l’Assemblée Générale d’Escapade le même soir, ce qui pose problème, donc nous le ferons le mercredi 22 mai, désolés pour ceux qui ne viennent que le mardi. Denis souligne que la conférence avec Yvonne Pétrequin n’a attiré que quelques adhérents des « Amis des livres », sinon il n’y aurait eu personne. Dommage, car Yvonne nous a appris beaucoup de choses sur le métier de traducteur, c’était fort intéressant.
Catherine entame la soirée en nous présentant Promenons-nous dans les boisde Bill Bryson. Cet auteur, 67 ans, double nationalité américaine et britannique, est un journaliste, écrivain voyageur, vulgarisateur scientifique. Il se lance un défi, parcourir le sentier des Appalaches, qui va du Maine à la Géorgie, 3500 km. Ce chemin est plein de dangers, il va se faire accompagner par un ami qu’il n’a pas vu durant des années. Ce dernier n’est pas du tout prêt à ce genre de randonnée, ce qui donne lieu à des situations cocasses. Qui n'a jamais lu un livre de Bill Bryson a vraiment manqué une occasion de rire ! « Jamais un bouquin ne m'a fait autant rire », affirme Robert Redford, qui en a fait son livre de chevet et l’a adapté à l'écran.
Christine a dévoré un livre qu’on lui a offert, il s’agit d’un recueil de nouvelles écrites par Josiane Balasko, Jamaiplu. Chaque nouvelle a un côté fantastique, c’est bien écrit, ça se lit très vite. Ce n’est pas du tout humoristique comme on pourrait s’y attendre de la part de l’auteur.Jamaipluest la première du recueil, il y a une intrigue policière et c’est la préférée de Christine, qui pense que c’est le premier livre écrit par Josiane Balasko, mais en cherchant, on s’aperçoit qu’elle écrit depuis 1989 avec une dizaine de livres à son actif, dont beaucoup de pièces de théâtre. Autre livre présenté par ChristineLe labyrinthe du Karma de Daniel Meurois. Elle nous en dit juste quelques mots, c’est un livreaccessible à tous mais néanmoins profond, pour mieux déchiffrer le sens de notre vie, nous déplacer et grandir en un monde où les repères se font de plus en plus rares. Une démarche éclairante et aidante...
Jean-Daniel a lu Le chant des revenantsde Jesmyn Ward. Seule femme à avoir reçu deux fois le National Book Award, Jesmyn Ward nous livre un roman puissant, hanté, d’une déchirante beauté, un road trip à travers un Sud dévasté, un chant à trois voix pour raconter l’Amérique noire, en butte au racisme le plus primaire, aux injustices, à la misère, mais aussi l’amour inconditionnel, la tendresse et la force puisée dans les racines.Ce n’est pas un roman très gai, c’est même assez noir, mais c’est contemporain. Jean-Daniel a beaucoup aimé ce livre, très dur mais très bien écrit. Ce livre lui a rappelé une scène qu’il a vu dessinée dans un autre livre, livre qu’il aurait présenté au dernier café littéraire, s’il n’avait eu la grippe. C’est dans un livre de Luz, dessinateur à Charlie Hebdo, qui a miraculeusement échappé à l’attentat de janvier 2015. Ce livre Les indélébiles signe sa renaissance. Jean-Daniel aime cette richesse du dessin de presse, et donc il a retrouvé ce passage où l’auteur est allé faire un reportage dans une prison du Mississipi, point commun avec le livre de Jesmyn Ward qui parle aussi beaucoup de prison. La ressemblance est frappante.
Noëlle apprécie beaucoup l’écrivaine Agnès Ledig, car lorsqu’elle se plonge dans ses livres, ça lui permet d’oublier tout ce qui est déprimant dans l’actualité. Elle a donc lu On regrettera plus tard, qui raconte l'irruption d’Éric et d'Anna-Nina un soir d'orage dans la vie de Valentine, institutrice dans un hameau du massif Vosgien, un véritable coup de tonnerre. À la fillette brûlante de fièvre, au père brisé par la vie, Valentine va offrir plus qu'un simple toit. Avec tendresse et franchise, elle va bousculer les certitudes de ce père solitaire et modifier leur trajectoire toute tracée.Un roman émouvant et généreux où le désir se montre plus fort que la peur, que les blessures du passé et les regrets. Noëlle a tellement aimé qu’elle s’est précipitée à la librairie pour commander la suite, De tes nouvelles.  Anna-Nina, pétillante et légère, est une petite fille en forme de trait d'union. Entre Eric, son père, et Valentine, qui les a accueillis quelques mois plus tôt par un soir d'orage et détresse. Maintenant qu'Eric et Anna-Nina sont revenus chez Valentine, une famille se construite jour après jour, au rythme des saisons. Un grain de sable pourrait cependant enrayer les rouages de cet avenir harmonieux et longtemps désiré.
Isabelle nous parle d’un livre qui a déjà été évoqué ici, Le charme discret de l’intestinde Giulia Enders. Cet essai fait l’éloge d’un organe relégué dans le coin tabou de notre conscience. Avec enthousiasme, l’auteur invite à changer de comportement alimentaire, à éviter certains médicaments et à appliquer quelques règles très concrètes pour faire du bien à son ventre. Isabelle a trouvé ce livre très sympa, intelligent, abordable, on comprend bien la magie du corps humain. Le livre apporte de vraies réponses, avec un nouveau regard sur la façon d’appréhender le corps, de l’écouter, de se soigner et de le respecter. Catherine a apprécié la première partie, mais s’est lassée très vite. Les avis sont donc partagés. Christine ajoute que c’est humoristique, qu’elle a une façon de présenter les choses presque enfantine.
Denis présente un livre de photos de Raymond Depardon en tout petit format, un livre qu’on peut mettre dans le sac et consulter dans la salle d’attente du médecin.
Enfin je termine la séance avec un livre de Valentine Goby, un auteur que j’aime beaucoup et dont j’ai lu quatre livres. Un paquebot dans les arbres, un titre qui intrigue, jusqu’à ce que l’on apprenne que le paquebot est en fait un sanatorium. On est dans les années 40-50 avec un fléau qui s’appelle la tuberculose. Inspiré d’un vrai témoignage, ce récit poignant renoue avec la force des grands romans classiques. L’héroïne, Mathilde, va tenir à bout de bras cette famille dont les parents sont en sanatorium, un personnage d’une résilience hors du commun qui sacrifie sa vie entière au soulagement de la vie des autres. Valentine Goby se penche sur une période post deuxième guerre mondiale que tout le monde ignore, tant l’aura des trente glorieuses semble avoir effacé la misère qui les précédait. Un livre dur, mais qui vaut la peine d’être lu.
Nous vous donnons rendez-vous le mercredi 22 mai pour un café littéraire, précédé de l’Assemblée Générale.
Vous recevrez une invitation avec l’ordre du jour.


samedi 23 mars 2019

Compte-rendu du café littéraire #37

Pour ce 37ème café littéraire, nous avons accueilli quelques nouvelles personnes. Denis rappelle l’intervention d’Yvonne Pétrequin sur son métier de traductrice à la Médiathèque d’Audincourt le jeudi 28 mars à 20 heures. Cette intervention a lieu dans le cadre de la « Semaine des Littératures étrangères », consacrée cette année à la Mer du Nord, et donc aux Pays-Bas, pays natal d’Yvonne. On espère que nos adhérents y seront nombreux.
Denis m’ayant désignée, c’est moi qui vais ouvrir le bal avec deux livres qui rendent hommage aux libraires et aux librairies. Le premier je l’ai acheté car il n’était pas cher et que la couverture était belle, et je l’ai adoré, ça m’a fait un bien fou. Il s’agit de La librairie de la Place aux Herbes, d’Eric de Kermel, sous-titré « Dis-moi ce que tu lis, je te dirai qui tu es ». Une librairie à Uzès, petite ville du Gard que j’adore, rachetée par une Parisienne amoureuse des livres, et une galerie de clients dont Nathalie nous raconte les parcours de vie. A travers les rayons de la librairie, l’auteur tisse tranquillement ses leçons de bonheur, à partir de l’écologie, de la spiritualité et surtout de l’amour. Le second est intéressant aussi, Lire, vivre et rêver est un livre dans lequel vingt et un écrivains racontent avec passion et humour les livres et les librairies qui ont changé leur vie. "Les livres forment des ponts entre ceux qui les défendent et ceux qui les écrivent. Des ponts ; qu'aucune dynamite ne pourra faire tomber. Des ponts qui lient deux rives différentes, jamais opposées". Deux belles lectures pour les amoureux des livres…
Isabelle nous présente Un si joli visage de Lori Lansen, où l’auteur se glisse dans la peau d’une femme obèse pour nous donner son point de vue. Quand son mari disparaît, elle va partir à sa recherche et finalement elle va se retrouver. Le cheminement est bien fait, c’est plausible, il y a beaucoup d’humanité dans ce livre. Ça donne une autre approche de cette maladie qu’est l’obésité. Isabelle a lu un ou deux livres de Michel Bussi, elle a trouvé ça très sympa, en particulier Ne lâche pas ma main, un livre un peu policier, mais la façon dont c’est raconté fait que l’on tient jusqu’au bout. C’est l’histoire d’un homme en vacances à la Réunion avec sa fille et sa femme qu’on va retrouver morte, et tout l’accable… Comment va-t-il s’en sortir ?
Christiane prend le relais avec Le lambeau de Philippe Lançon, prix Fémina, un livre dans lequel l’auteur, rescapé de l'attentat de Charlie Hebdo, a livré le récit de sa reconstruction. Elle ne l’a pas encore terminé, car c’est écrit tout petit et c’est très long et très dur à lire. Christiane revient donc à un auteur plus gai qu’elle aime beaucoup, Peter Mayle, et son livre Château l’Arnaque. Une histoire un peu policière entre de richissimes Américains et des Marseillais, sur fond de vol de bouteilles de vin très chères. Un livre qui détend… Encore un livre qui se lit facilement Et vous avez eu beau temps ? de Philippe Delerm. A l’instar de La Bruyère et de ses Caractères, Philippe Delerm se livre ici à une critique fine et ironique des « petites phrases », ordinaires et perfides, qui émaillent nos conversations et fonctionnent comme des marqueurs de discours, entre intimité et vie sociale, un livre agréable à lire…
Guy nous rappelle qu’il ne peut pas nous faire passer de livres, car sa vue ne lui permet que la lecture sur liseuse. Il nous parle d’un livre dont on n’a déjà parlé ici-même, Le problème Spinoza d’Irvin Yalom. Il l’a lu trois fois, souhaite en reparler et inciter les personnes qui l’auraient abandonné à le lire jusqu’au bout. Le lecteur est donc invité à suivre en parallèle le parcours de Spinoza, juif excommunié pour avoir osé dire que certains écrits religieux relevaient de l’hypocrisie, et celui de Rosenberg, l'idéologue du parti nazi, viscéralement antisémite et grand inspirateur d'Hitler. Guy l’a lu et relu avec énormément de plaisir et d’intérêt. Il nous présente ensuite un livre d’Audrey Dussutour, chercheuse au CNRS, qui s’intitule Le blob. Qu’est-ce que le blob ? Une espèce de chose gluante, qui ressemble à un champignon, mais n’en est pas un, qui n’a pas de cerveau, mais qui révèle d'étonnantes capacités et les scientifiques vont de découvertes en découvertes. L’auteur profite de ce livre pour parler des problèmes du CNRS, ouvrage fort intéressant. Enfin Guy termine avec Fake news écrit par Michèle Cotta et Robert Namias. Cet inquiétant roman de politique-fiction révèle comment une habile manipulation peut déstabiliser notre démocratie. Ça fait peur…
Fabienne nous a apporté un roman de Katherine Néville, Le huit, un thriller historique déjà ancien, entièrement bâti autour du jeu d’échecs. C’est comme une enquête, c’est historique, ce sont des énigmes, c’est bien ficelé, captivant jusqu’à la fin. Il s’agit de reconstituer un jeu d’échecs, dont les pièces ont été disséminées à travers le monde...L’originalité de la construction du Huit est sa narration qui se déroule sur deux époques en parallèle: 1790 et 1972/73, en des lieux aussi différents que New-York, le sud de la France, Paris et l’Algérie.
Denis s’est intéressé au Dictionnaire de l’impossible de Didier van Cauwelaert, qui fait partie d’une série de trois livres. Denis nous prend un thème au hasard, la combustion humaine spontanée, le livre nous offre un panorama des phénomènes les plus étonnants. Des faits qui semblent a priori impossibles et sont pourtant explicables. Preuves scientifiques à l'appui. Voyager dans le futur, modifier le passé, communiquer par télépathie avec un chat, un chien, un oiseau, un arbre, c’est impossible, a prioriEt pourtant…C’est le livre du même auteur Les émotions cachées des plantes qui lui a donné envie de lire celui-là.
Catherine qui nous avait déjà présenté Le secret du mari a lu le troisième livre de Liane Moriarty qui s’intitule Un peu, beaucoup, à la folie. Catherine nous déconseille de lire la quatrième de couverture, car elle n’est pas d’accord avec… Trois couples épanouis. De charmants enfants. Une amitié solide. Et un barbecue improvisé entre voisins par un beau dimanche ensoleillé : tous les ingrédients sont réunis pour passer un bon moment. Alors pourquoi, deux mois plus tard, les invités en gardent-ils un souvenir épouvantable et ne cessent-ils de se répéter : « si seulement nous n'y étions pas allés » ?  Un chapitre sur deux parle de ce barbecue, et les autres chapitres de ce qui a changé dans ces trois familles. Ça se lit facilement, c’est un livre agréable…
Céline a lu le dernier prix Goncourt Leurs enfants après eux de Nicolas Mathieu, elle l’a lu cet hiver et comme ça se passe en été, ça l’a réchauffée. Quatre étés, de 1992 à 1998, dans une vallée où les hauts-fourneaux sont à l’arrêt. A travers quelques personnages, dont des adolescents, le portrait d’une France qui change profondément… Les personnages sont de milieux sociaux différents, on retrouve à travers eux la société de cette époque, avec la musique, la Coupe du Monde, Céline y a retrouvé son adolescence avec une région industrielle qui ressemblait à la nôtre. Elle nous le conseille vivement, c’est un livre très social, politique aussi, avec un regard sur la société.
Christine nous présente un livre de Michel Bussi, auteur déjà évoqué ici à plusieurs reprises, Nymphéas noirs. Ça se passe à Giverny, village de Monet, et on apprend des tas de choses sur le peintre, bien que ce soit un roman policier. C’est prenant, très étonnant, tout n’est qu’illusion, surtout quand un jeu de miroirs multiplie les indices et brouille les pistes. Pourtant les meurtres qui troublent la quiétude de Giverny, le village cher à Claude Monet, sont bien réels. Au cœur de l’intrigue, trois femmes : une fillette de onze ans douée pour la peinture, une institutrice redoutablement séduisante et une vieille femme aux yeux de hibou qui voit et sait tout. Et puis, bien sûr, une passion dévastatrice. Le tout sur fond de rumeur de toiles perdues ou volées, dont les fameux Nymphéas noirs. Depuis sa lecture, Christine n’a qu’une envie, aller à Giverny…

Le prochain café  littéraire se tiendra le Mercredi 10 avril à 20 heures


Bernadette